RSS

Archives Mensuelles: mai 2011

Trip à 3 ?

Pour faire un trip à trois, il faut être capable de démontrer de l'ouverture ! 😉

Ma soirée de badminton est sur le point de commencer. J’ai donné rendez-vous à Marc, un mec rencontré sur un réseau de rencontre en ligne, près de la porte d’entrée, à l’extérieur de l’école où je joue.

J’arrive au lieu de rencontre et il n’y est pas encore. Par contre, c’est plutôt Martin, mon fameux partenaire de badminton inconnu-connu, qui se pointe une minute plus tard. Je n’ai toujours pas décidé de son sort : il m’a atteint dans mon orgueil lors de notre premier rendez-vous, mais il demeure un candidat avec du potentiel. J’avoue toutefois que je suis mal à l’aise de le croiser au gymnase alors que j’y ai invité un autre prospect.

– Salut Anik! Ça va ? On joue ensemble ce soir ?
– Euh… Peut-être bien. En fait, j’ai un ami qui vient aussi essayer ce soir, alors on verra.
– Un vieil ami?, me dit-il avec un air plein de sous-entendus…
– Oui, c’est ça… (Disons que comme il a 40 ans, je vais considérer ma réponse comme une demie- vérité. Ce n’est pas un ami de longue date, mais il n’est pas « jeune » non plus, alors… Enfin, j’essaie de me convaincre que j’ai tous les droits de répondre ainsi.)

Martin entre et j’attends quelques instants, puis Marc se pointe enfin. De grandeur moyenne, d’aspect plutôt athlétique, la première impression que j’ai de lui s’avère somme toute agréable. Encore une fois, ce n’est ni Brad Pitt, ni Johnny Depp, mais son regard allumé me plaît beaucoup, de même que ses cheveux bruns un peu fous. Il faut dire que c’est la première fois que je le vois, nos quelques échanges ayant été virtuels et téléphoniques jusqu’alors.

Comme il partageait ma passion pour le badminton, j’avais pensé l’y inviter. J’ai lu quelque part que les hommes appréciaient davantage les rendez-vous « actifs » que les cafés, alors je tente d’appliquer le principe pour voir. Et je dois dire que je suis dans mon élément sur un court de badminton. Cependant, je ne sais trop si je vais être en mesure de me mettre en mode séduction sachant que Martin peut me voir à l’œuvre en tout temps. Je tiens quand même à garder mes « dossiers » ouverts, mais je n’ai pas l’habitude d’en traiter deux en même temps. En fait, désolée de vous décevoir, mais les trip à 3, je n’ai jamais encore essayé… (De toute manière, les hommes, ils veulent toujours faire ça avec deux femmes… alors que le contraire serait tellement plus intéressant à mon avis. Hi ! Hi!)

– Anik ?, me lance Marc avec l’œil inquisiteur.
– C’est ça! Mais tu peux aussi m’appeler la déesse du badminton! Hi! Hi! Tu dois être Marc ?
– Oui, mais tu peux aussi m’appeler le Dieu du sport ! (Hummm… dommage qu’il ne soit pas le Dieu du sexe, j’aurais sûrement apprécié!)

Nous rions de bon cœur, puis nous entrons dans le gymnase. Le responsable, un italien sympathique d’une soixantaine d’années, me salue chaleureusement.

– Tu n’es pas venue avec ton mari ?
– Non, Nick, je t’ai dit que nous n’étions plus ensemble déjà… Ça fait déjà plusieurs mois… Rappelle-toi…
– Quel dommage! Et trois enfants, à part ça!

Pauvre Nick, il garde toujours espoir que je retourne avec mon mari, lui aussi joueur de badminton au même endroit. Il a l’air de voir d’un mauvais œil que j’amène un autre homme à la pratique. Mais bon, je ne peux lui en vouloir pour ça, même si mon partenaire a dû se demander, l’espace d’un instant, si je ne me cherchais pas un amant plutôt qu’un amoureux officiel (quoique, je demeure sur l’impression que peu d’hommes s’en formaliseraient : du sexe sans responsabilités, quoi de mieux ? Chéri, fais-moi l’amour… et pas besoin de sortir les poubelles, je m’en occupe !)
Je regarde le tableau de jeu. Le principe est simple : on dépose notre jeton et on joue avec les trois autres personnes qui sont sur la même ligne du tableau. Marc et moi plaçons ainsi nos prénoms sur la ligne numéro 4, puis passons au vestiaire pour enfiler nos vêtements de sport.

Lorsque je reviens, je constate que le coquin de Martin a mis son jeton sur la même ligne que Marc et moi… hummm… Toute une séance de séduction s’annonce… Par ailleurs, le quatrième joueur n’est nul autre que mon bon ami Pierre, un dragueur invétéré que je soupçonne de me trouver à son goût, même s’il est marié (non, je n’ai pas couché avec si vous voulez savoir). La rencontre promet… Je risque d’y perdre non pas la partie (cette possibilité ne m’effleure même pas l’esprit), mais mes chances de séduire Marc ou encore Martin…

Nous nous avançons vers le terrain et le premier combat prend forme : les trois coqs doivent lutter pour avoir la chance d’être mon partenaire. Qui l’emportera ? La suite, jeudi…

Crédit photo : © Frau Blau Auf Pauli

 
9 Commentaires

Publié par le 31 mai 2011 dans Épisode 5, Rencontres, Séduction, Sexualité

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Réflexion : femme de la trentaine et homme plus jeune ?

Demi Moore et Ashton Kutcher, un couple modèle à suivre ?

En m’asseyant dans mon salon pour rédiger un billet, j’ai mis de la musique. « Il venait d’avoir 18 ans », voilà la première chanson que j’ai entendue… Et elle résonnait avec amusement dans ma tête, en écho avec une réflexion que j’avais eue durant le week-end…

En effet, ma formation en hypnose des deux derniers jours m’a donné l’occasion de rencontrer de gens de tout acabit… Et l’un des participants m’a presque fait avoir des regrets… Un jeune homme de « presque 23 ans », grand, mince, brun, aux yeux bleux (bref, comme je les aime)…

Je n’ai jamais eu l’occasion d’être avec un homme plus jeune que moi. Pourtant, je ne fais vraiment pas mon âge… Et si je prenais exemple sur ma mère, qui a toujours été avec des hommes de plusieurs années plus jeunes qu’elle (elle ne fait pas son âge non plus, ma mère), j’aurais pu être tentée.

L’occasion ne s’est jamais présentée, et je ne l’ai pas cherchée non plus, mais en fin de semaine, je me suis tout de même questionnée… Ce serait quoi, à 35 ans, de me retrouver avec un mec de 25 ans ? Fringant, utopiste, en forme… Et pour qui je serais une femme d’expérience ? Si les hommes ont l’habitude des jeunes gonzesses, que pensez-vous du phénomène inverse, si la femme est dans la trentaine ? Peut-on séduire un jeune homme à notre âge, ou est-ce peine perdue ?

Je vous laisse sur Dalida… À demain, pour le début de mon histoire avec Marc…

Crédit photo : © MindBodyGreen

 
17 Commentaires

Publié par le 30 mai 2011 dans réflexion, Séduction

 

Étiquettes : , , , , , ,

Pensée du jour : les compromis, essentiels au couple ?

Tu feras un compromis... tu feras un compromis...

En fin de semaine, j’ai une formation niveau 1 en hypnose. Évidemment, je ne m’en servirai pas que pour hypnotiser mon futur amoureux (Je suis la femme de ta vie, je suis la femme de ta vie… Tu n’as de yeux que pour moi…), même si cela me fournit des techniques d’hypnose plus sophistiquées que la fixation… de mes fesses! 😉  Sans blague, c’est super intéressant, mais je suis crevée…

Alors aujourd’hui, je prends une minute pour partager une petite pensée sur la vie de couple. Vous en pensez quoi ?

Les compromis, c’est la promesse de devenir con.

Patrick Alessandrin

Crédit photo : © cambiodefractal

 
12 Commentaires

Publié par le 29 mai 2011 dans Pensée, Vie de couple

 

Blanchissage sur le terrain…

Ai-je franchi la ligne de l'orgueil mal placé ?

Après vérification avec Martin, nous jouons bel et bien au badminton au même endroit, et ce, les mêmes lundis alternés depuis janvier. Donc, si mes calculs sont bons, nous nous sommes croisés au moins 8 fois. Et pourtant, fait incroyable, ni moi ni lui n’avons remarqué la présence de l’autre sur le terrain. Pourtant, le gymnase est petit : seulement six terrains de jeux. Et pire : nous devons être les deux seules personnes dans la trentaine, et célibataire de surcroît, là-bas, car la plupart des joueurs sont plus vieux.

J’avoue que ça et une claque dans le visage, c’est pratiquement du pareil au même. Moi qui pensais être remarquable (ah, laissez-moi mes illusions, de grâce, à défaut d’une vie sexuelle active), je viens de frapper tout un mur. Le mec ne m’a même pas reconnue (moi non plus, mais je suis plus encline à pardonner quand il s’agit de moi). J’en déduis que je ne peux forcément pas être trop de son genre.

–   Bon, on ne s’est même pas remarqués. C’est fort! Pourtant, on m’a souvent dit que j’avais un style de jeu admirable : j’ai l’air d’une gymnaste quand je joue!

–   Ah! C’est toi qui fait la « split » sur le terrain ! Là, je te replace !

Il me replace probablement les jambes et les fesses, oui! Ah, les hommes, tous pareils ! Il enchaîne :

–   Je me rappelle, maintenant. Nous avons joué ensemble, il y a trois semaines !

Sincèrement, je ne m’en souviens pas. Ça me surprend, parce que pourtant, il est bel homme. Mais je comprends maintenant pourquoi j’avais une légère impression de déjà vu en le rencontrant.

Enfin, constatant à quel point nous ne nous sommes ni l’un ni l’autre remarqués aux premiers abords, j’en conclus, peut-être à tort, que je ne dois pas être trop de son genre. Par ailleurs, j’avoue que je suis mal à l’aise avec le fait de fréquenter un joueur régulier du badminton. Si ça tourne mal ensuite, ça va me gâcher mes soirées de devoir le côtoyer, et il est hors de question que je change de journée de pratique. Mes amis mâles y sont justement et je veux pouvoir m’amuser à ma guise. En tout cas, je serai mal à l’aise à notre prochaine séance de raquette, parce que j’ai justement invité un prétendant potentiel, autre amateur de badminton, à venir jouer, juste pour une fois. Quel plaisir j’aurai de lui présenter Martin! (Sentez-vous l’ironie ici?)

Définitivement, il ne faut pas mêler loisirs personnels et amour… Mais bon, la session de badminton tire à sa fin. Peut-être que lorsqu’elle sera terminée, je donnerai sa chance à Martin… Je quitte le repas en laissant une porte ouverte à d’autres rencontres, mais le fait qu’il ne m’ait pas replacée (ou draguée directement au badminton) m’échaude, pour le moment. Ou plutôt, je l’avoue, attaque drôlement mon orgueil.

J’ai l’impression que je ferais mieux de me trouver un autre moineau ! Le badminton me portera-t-il davantage chance avec Marc ? À suivre… lundi!

 
6 Commentaires

Publié par le 28 mai 2011 dans Attitude, Épisode 4, Loisirs, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , , ,

C’est vendredi, on fait l’amour : sors ta plume, mon poète!

@... @... @ oui! @ oui! C'est bon ! C'est bon!

Messieurs, voici le temps d’une autre astuce pour augmenter vos chances d’arriver à vos fins et de séduire votre douce moitié.

C’est vendredi, on fait l’amour parce que :

Tu m’as envoyé deux ou trois courriels dans la journée pour me dire à quel point je suis une compagne merveilleuse et désirable et que je suis la femme de tes rêves…

Obtiens des points bonus si :

1) Tu mentionnes qu’une surprise m’attend à la maison (de grâce, pas un souper avec la belle-mère)

2) Tu ne fais pas de fautes d’orthographe… 😉 (mon côté prof, que voulez-vous!)

Ça fonctionne avec vous, cette technique, mesdames ? Et les courriels, vous les préférez romantiques ou coquins et sensuels ?

Crédit photo : © Joel Mark Witt

 
8 Commentaires

Publié par le 27 mai 2011 dans C'est vendredi, on fait l'amour!, Sexualité

 

Étiquettes : , , , , ,

Séduire, c’est du sport !

Saviez-vous que Nadia Comaneci et moi avions plus d'un point en commun, à part apprécier notre petit derrière ? 😉

Martin, mon grand prospect, et moi avons prévu une rencontre dans une rôtisserie… Pour la grande fan de côtes levées que je suis, la soirée sera à coup sûr agréable… Cependant, pour la célibataire que je suis, bien ça dépendra de quelques points :

1) Martin est-il capable de poser des questions ou opte-t-il pour le monologue ? (Et si le monologue porte sur le domaine de l’automobile, au secours!)

2) Martin est-il capable de payer l’addition ? (Moi, je crois au féminisme, sauf quand il est question d’argent, après tout, l’équité salariale demeure encore un concept plutôt flou.)

3) Martin est-il capable de me faire saliver autant que ma côte levée ? (Parce qu’après mon expérience avec FX, je constate que c’est vraiment essentiel : il faut qu’il suscite en moi des envies.)

Évidemment, je pourrai allonger la liste. Mais je ne serai pas TROP exigeante au départ (ce n’est tellement pas moi, hihi!). Juste un peu…

J’arrive au restaurant, pile à l’heure. Mon cavalier m’attend dans le lobby. Bon point pour lui, il est ponctuel . Je le regarde, et quelque chose cloche, mais je ne sais pas quoi. Il ne porte pas de bas blancs, ça ne peut pas être ça. Enfin, il est beau, alors quelle importance ! Il m’escorte dans la salle et nous prenons place à une table.

J’apprends que Martin est de nature très sportive. Ça explique d’ailleurs probablement pourquoi, toutes les trois minutes, il regarde le foutu écran géant qui est derrière moi pour suivre la partie de je-ne-sais-pas-trop quel sport plutôt que de se perdre dans le bleu de mes yeux. Décidément, si nous officialisons un jour une relation, je devrai avoir tout un plan de match pour le décoller de la télévision lorsque les Canadiens de Montréal seront en série. Passer en petit déshabillé devant l’écran, à ce moment, est-ce une attitude jugée antisportive ? Histoire de le connaître un peu mieux,  je le questionne sur ses sports favoris. J’en profite pour le taquiner un peu.   

–   Pratiques-tu la pétanque ?

–   Si j’avais un faible pour les femmes mûres, je suis certain que j’en ferais ! Mais je préfère les femmes de ton âge.

–   LES femmes ?

–   Une à la fois, évidemment ! (Bonne réponse, champion. Deux points!) Sérieusement, je fais du ski, du roller, du vélo, du volley-ball, du badminton…

À l’annonce de mon sport favori, je l’interromps! Ca y est, là, il commence à m’exciter pour vrai!

–   Du badminton ! Cool ! Moi aussi, la semaine où je n’ai pas les enfants. Tu joues souvent ?

–   Une fois aux deux semaines, depuis janvier.

–   Où joues-tu ?

–   À l’école polyvalente Joie-de-vivre (évidemment, je parodie ici le véritable nom de l’école, mais considérant les noms poétiques (pour ne pas dire quétaines) des écoles, je me disais qu’un établissement rempli d’adolescents se traînant les pieds dont le nom serait Joie-de-vivre, ça créerait un contraste ironique intéressant).

–   C’est drôle ! Moi aussi!  Tu joues quel jour ?

–   Le lundi.

–   Ça alors, moi aussi! On ne doit pas y aller la même semaine. Tu n’y vas pas la semaine prochaine?

–   Bien, oui! Toi aussi ?

–   Oui, c’est ma semaine.

Alors là, je suis perplexe. Comment est-ce possible ? Il doit y avoir erreur, parce que la session est commencée depuis quatre mois… Peut-il vraiment ne pas avoir remarqué la sportive unique que je suis ?  Après tout, je suis reconnue pour être la seule joueuse de la place capable de faire le grand écart en jouant. La Nadia Comaneci du badminton, c’est moi ! Comment se fait-il qu’il ne fasse pas partie de mon fan-club ? La suite samedi…

Crédit photo : © eye2eye

 
10 Commentaires

Publié par le 26 mai 2011 dans Épisode 4, Loisirs, Rencontres

 

Étiquettes : , , , , ,

Intermède : comprendre les signaux des mecs…

Je vous ai parlé de Stéphane Rousseau, mon humoriste sexy par excellence… Le voici ici qui répond aux questions de Florence Foresti (une autre de mes humoristes préférées) sur la psychologie masculine. Mesdames, comprenez enfin les signaux que vous envoie (ou pas) les hommes que vous rencontrez…

 

Étiquettes : , , , , , , ,