RSS

Archives de Catégorie: Épisode 6

Quête désespérée d’une signe divin… du Dieu du sexe… ;-)

Mon Dieu, faites-moi signe ! Et recevez ma gratitude sexuelle... je veux dire éternelle!

Le spectacle se termine. J’en ai perdu un bon nombre de bouts à force d’observer FX et de me demander comment je le trouve sans réponse définitive… Tout se mélange dans ma tête : je le trouve plus sexy par moment, moins à d’autres, je me dis qu’il a une copine, puis je me balance de cette information… Je ne sais pas ce que je veux (une vraie femme, dirons certains… hé!hé!). J’espère avoir une révélation quelque part pendant la soirée qui me dictera quoi faire… Je ne sais trop quel saint invoquer, mais j’espère qu’il me mènera vers le Dieu du sexe, ça c’est certain ! Est-ce que FX pourrait le personnifier?

Alors que je me perds dans mes pensées, FX, Alex et moi décidons d’aller casser la croute dans un petit resto tout près. La conversation s’anime. Je découvre un peu plus Alex, qui me semble un homme très bien. J’apprends toutefois que son ex lui court toujours après… Cela ne fait que confirmer que ce n’est pas un mec pour moi. Les ex toujours dans les parages (sauf quand il y a des enfants en commun, évidemment, là c’est autre chose), je préfère oublier. Ça, et mes photos de l’école primaire et début secondaire, quand j’étais une petite grassouillette à boutons… Il y a des époques de notre vie qui valent mieux de demeurer dans l’oubli… 😉

Enfin, j’ai toujours autant de plaisir avec FX. Je me surprends à le reluquer plus intensément…Et je remarque qu’il me rend mes regards avec une lueur coquine dans l’œil, comme s’il savait ce qui se trame dans mon esprit.  En même temps, comme un pendule, vient des moments où la magie disparaît et où il redevient l’homme parfait qui ne m’attire pas suffisamment physiquement… C’est un peu comme le principe des cheveux, je dirais. Il y a des jours où ils tombent magnifiquement sans efforts, et d’autres où il n’y a rien à faire, ils sont affreux. Mon attrait pour lui vacille ainsi de l’envie à l’indifférence sans que j’y comprenne quoi que ce soit, sans que je semble pouvoir y faire quoi que ce soit. Sommes-nous à ce point à la merci de nos hormones ? J’en ai la crainte de plus en plus forte. L’attirance ne devrait-elle pas être instinctive, facile et instantanée ?

Alors que je n’ai toujours pas reçu le signe divin que j’attendais, nous quittons le restaurant et Alex retourne à son véhicule sans m’offrir de me raccompagner sur la Rive-Nord. Cela confirme mon intuition : l’intérêt n’y est pas de son côté non plus, mais c’est plutôt normal. Je ne lui ai envoyé aucun signe en ce sens.

Je retourne avec FX et il m’invite chez lui pour un dernier café… Chaque escalier que je grimpe est une source de questionnement. Devrais-je tenter quelque chose ? Attendre ? Le laisser prendre une potentielle initiative ? Aborder le sujet ? Mon instinct semble en pause syndicale, car il ne répond pas. Je suis dans le néant total.

Installés dans son salon, chacun sur notre siège, nous discutons… Le temps passe. Je n’ose rien. Lui non plus. Il est temps pour moi de prendre mon bus, je me lève, puis le moment fatidique de l’échange d’un baiser d’au revoir se pointe. Sur les joues ou sur les lèvres ? Alors que j’hésite encore, j’obtiens le signe tant attendu…

L’image de « tu-sais-qui  »me revient en tête, tel un éclair. Nette. Vive. Impitoyable. Je m’en veux tellement de comparer tous ceux qui osent entrer dans ma vie à lui, lui qui n’est pas disponible, lui que je désire en vain, ce Dieu du sexe apparemment irremplaçable ou, plutôt, que je ne veux inconsciemment pas remplacer…  Je t’emmerde, tu-sais-qui ! Vraiment.

Prochain épisode : lundi

crédit photo : © chrisinplymouth

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 11 juin 2011 dans Épisode 6, Rencontres, Séduction, Sexualité

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Éthique ou passion ?

Quel visage attirera mon regard pendant ce concert rock : FX ou Alex ?

FX et moi reprenons le métro en direction de la salle de spectacle où nous devons rencontrer Alex, qui  y vient avec son véhicule, en provenance de la Rive-Nord comme moi. Je préfère le confort des transports en commun au sport extrême qu’est le stationnement en parallèle d’une Dodge Grand Caravan en plein Montréal.

Nous attendons Alex dans le vestibule, en discutant agréablement. Un homme qui parle, quel délice ! FX est toujours aussi divertissant et j’adore l’écouter converser sur tout et rien à la fois. Je m’amuse à regarder ses lèvres bouger et à me demander si elles embrassent bien. Les minutes s’écoulent et nous constatons qu’Alex a du retard. Il doit avoir de la difficulté à se garer… ou il s’est carrément égaré…  Je me mets à espérer qu’il ne soit pas au rendez-vous, quoi que je commence à avoir l’habitude des sorties à trois.

Quelques minutes passent et un homme se dirige vers nous, le pas assuré. FX me confirme que c’est bel et bien Alex.

Paf! Ca y est! Ça me refait le coup! Je suis victime du singulier syndrome très répandu en société : le syndrome de la première impression. Je jette un regard de trois secondes sur Alex, et tout de suite, une petite voix (vous savez, celle qui ne se tait jamais!) me susurre : « Hummm… Non! » Verdict éclair. Sans appel. Quoiqu’une contestation pourrait toujours survenir avec des arguments massue (du genre : il est très riche ou particulièrement bien membré!).

Pourtant, Alex affiche une belle allure, de type méditerranéen, mais cela ne semble pas suffisant à provoquer l’attirance. Cheveux en brosse brun foncé, yeux bruns, teint basané, il s’entraîne et ça paraît. Son corps est apparemment ferme (hummm…. j’avoue que cet aspect est intéressant) et musclé. Il affiche un sourire sincère et nous paie, à FX et moi, un verre, puisqu’il y a un petit bar dans la salle où tous les spectateurs assistent à la prestation en demeurant debout, libres de danser au son de la musique qui emplit les lieux.

Notre trio s’avance vers la scène et nous nous plongeons dans la représentation. La chanteuse crache ses paroles et son rock à nos oreilles et j’apprécie le tout, bien que ce ne soit pas mon genre musical de prédilection. Je suis bien entourée. À ma gauche, FX qui se déhanche au rythme de la musique, et à ma droite, Alex, qui demeure plus stoïque.

Me plaçant légèrement derrière FX, je me surprends à apprécier le balancement de son corps, empreint de sensualité. Il faut dire que parmi les nombreuses activités auxquelles il s’est adonné dans sa vie, la salsa fait figure. FX semble envahi par la musique, presque en transe. Je vois ses lèvres murmurer les paroles, ses yeux parfois à peine entre-ouverts. Il semble boire la musique, la savourer… Son côté musicien, probablement, parc e qu’il joue de la guitare et chante à ses heures…

Plus j’y pense, et plus je me dis que ce mec, finalement, s’approche de la perfection… Je ne lui ai peut-être pas laissé sa chance… Je devrais me raviser. Alors que je devais, en théorie, finir la soirée avec Alex, je n’ai qu’une envie, c’est de la poursuivre avec FX (et si je ne me retenais pas, de lui mettre la main à la fesse, question de constater s’il est aussi ferme qu’Alex).  Je semble oublier un petit détail : il a une nouvelle copine…  Devrais-je en faire fi ou passer à l’action ? Ai-je la morale d’un politicien (c’est-à-dire à peu près aucune) ou vais-je passer par-dessus ma chance sous prétexte qu’il a quelqu’un ? Après tout, il demeure libre de refuser mes avances, si je lui en fais…

La suite samedi…

Crédit photo : © flexgraph

 
9 Commentaires

Publié par le 9 juin 2011 dans Épisode 6, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , ,

En métro vers le désir…

Parfois le désir apparaît alors qu'on ne l'a pas vu venir...

Je marche tranquillement vers l’appartement de FX, en plein cœur de Montréal. La rue est calme et il habite à quelques pas d’une station de métro. Je m’amuse à visualiser la soirée qui arrive. Un coup de foudre avec Alex ? Je suis un peu frustrée contre Marc, étant donné le long délai entre notre rendez-vous et son courriel, alors disons que tout peut arriver… Parvenue devant chez FX, je sonne.

Il me répond rapidement et m’invite à pénétrer dans son inusité appartement. Inusité. C’est le mot. La décoration ne ressemble à rien de ce que j’ai vu dans ma vie, mais ce n’est pas un appartement de gars typique (il y a des serviettes propres et présence de décoration). Pas de style en particulier, mais des objets dont la personnalité peut laisser perplexe. Il m’explique, par exemple, en me pointant un bibelot essentiellement composé d’un immense coquillage doré :

–   Tu vois ceci ? C’est tellement laid que c’en est beau, tu ne trouves pas? me dit-il avec un petit clin d’œil.

Dans sa cuisine, la table et les chaises constituent un ensemble parfait pour une terrasse. On s’y sent carrément dans un café extérieur, la brise entrant par la fenêtre ajoutant à l’effet estival ainsi créé. Un peu plus et je passe une commande pour un cappucino glacé avec crème fouettée.  

Nous nous asseyons dans son salon, où un fauteuil allongé semblant directement sorti de chez le plus proche psychiatre a l’honneur de voir mes fesses s’y déposer. FX me fait face, sur un divan au motif indescriptible qui sied bien à la personnalité haute en couleurs de mon hôte. Je m’enquiers auprès de lui :

–  Et puis, quoi de neuf ?

Déjà trois semaines se sont écoulées depuis, et bien que nous ayons continué à nous écrire presque tous les jours, nous ne nous sommes pas vus. J’ai bien dû avouer à FX que je ne jugeais pas l’attirance physique suffisante entre nous pour entrevoir une relation, mais nous n’avons plus abordé ce domaine depuis.

–   Ah, bien je me suis fait une copine, me lance-t-il sur un ton, ma foi, plutôt neutre.

–   Ah, c’est bien ! Elle est comment ? (J’essaie de ne pas trop avoir l’air trop surprise, mais j’avoue que la nouvelle me fait un choc.)

Pendant que je l’écoute d’une oreille distraite décrire sa nouvelle conquête, mon esprit, contre toute attente et en réaction à ce choc, se met à vagabonder dans tous les sens.

d’origine italienne

Hum… il a une copine… Il a vite trouvé quelqu’un…

brunette

Hummm… c’est que c’est forcément un bon parti… Idiote, tu le sais… déjà…

réceptionniste

Mais s’il a trouvé quelqu’un si rapidement, c’est qu’il a du sex-appeal… Tiens donc, c’est vrai que plus je le regarde, plus il a un « je-ne-sais-quoi » de sexy dans le regard…

petit air mélancolique

Ah, et en plus, il est tellement divertissant… Dommage pour moi… C’est trop tard…

… lui ai acheté une petite surprise en fin de semaine, un coffret musical de son groupe préféré en spécial à 100$

Ah, la chanceuse… J’aimerais tellement me faire gâter… surtout quand il s’agit de livres ou de musique… Définitivement, il est de plus en plus sexy, ce gars…

Je n’en reviens pas… Je n’y croyais pas, à ce mythe que lorsqu’une personne est en couple, elle devient soudainement beaucoup plus intéressante. Je ne l’avais jamais vécu. Cependant, sans que je le veuille, sans que je les contrôle, mes pensées m’ont amenée directement dans un tramway nommé « désir » et je me surprends à éprouver un soudain attrait pour FX…

Bah, ça me passera sûrement pendant la soirée, surtout si Alex a une belle gueule de Français pédant (j’ai toujours aimé les hommes qui manquaient d’humilité). Enfin, reste que ma soirée risque d’être amusante… ou surprenante…

La suite… jeudi!

Crédit photo : Image du film « Un tramway nommé désir »

 
10 Commentaires

Publié par le 7 juin 2011 dans Épisode 6, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , , , ,

Pas de nouvelle, bonne nouvelle ?

Pas de réponse en 3 jours, ça me fait une belle jambe!

Trois jours se sont écoulés depuis ma séance de badminton avec Marc et ce fameux baiser. Trois jours de baise intense avec initiation aux positions les plus inusitées du Kama-Sutra. Trois jours d’orgasmes à n’en plus finir…  Trois jours d’amour et d’eau fraîche… Dans mes rêves, peut-être, mais pour l’instant mon seul partenaire sexuel demeure mon fidèle ami à piles…

En fait, depuis ces trois jours, aucune nouvelle de Marc. J’avoue que je trouve cela bizarre. Mon nouveau partenaire de badminton avait pourtant l’air emballé. Bon, j’avoue que je n’ai pas écrit non plus. Le petit jeu de la chasse et de la séduction bat son plein. Il a toujours espacé ses courriels lorsqu’on correspondait, mais je m’attendais sincèrement à une augmentation du rythme de croisière après ce premier rendez-vous. Mais bon, peut-être a-t-il une bonne raison de tarder à me contacter :

1)      Il est tombé dans un coma diabétique profond, provoqué par l’abus de beigne au Tim Hortons.

2)      Il est entré dans les ordres et renie son lourd passé.

3)      Il voulait m’écrire, mais avait vraiment beaucoup de lavage en retard.

4)      Il est prisonnier dans un souper de « matantes » qui ne finit plus.

5)      Il craint de faire des fautes d’orthographe et a dû faire appel à un correcteur pour réviser son courriel à mon intention, et le correcteur en question n’a pas remis le boulot.

Bon, il y a peut-être l’option 6 : il n’est pas intéressé et ne souhaite plus me contacter. Cependant, je refuse d’y croire. Je ne peux pas avoir rêvé cette chimie… Enfin. Patience ! Il devrait m’écrire d’ici peu…

D’ici là, ce soir, j’ai rendez-vous avec FX et son ami Alexandre, à Montréal, pour un show de rock alternatif. Moi qui ais l’habitude d’écouter Joe Dassin, ça me changera pas mal. Mon ex disait toujours que j’aimais les vieilles affaires, mais ça demeure musical, car je n’ai nullement l’intention de me trouver un sugar daddy… J’ai une nette préférence pour les hommes fringants au naturel, sans petite pilule bleue…  Je ne veux pas un vieux « pépé » (pénis pénible)… 😉

Enfin, je me prépare pour ma sortie, prenant soin de me maquiller légèrement et de m’habiller pour avantager ma taille et le galbe de mes jambes en portant une robe à saveur estivale et des sandales qui me mettent en valeur. Pour la poitrine, comme la nature m’a un peu oubliée, je me résigne à effectuer un brin de fausse représentation avec un soutien-gorge « push-up » digne de ce nom, ce qui m’apparaît plus simple qu’une chirurgie à 5000$… (Quoiqu’avec un Sugar Daddy, je pourrais peut-être me l’offrir! Hi! hi!)

Quelques minutes avant de partir pour Montréal, je prends la peine de vérifier mes courriels. Le nom de Marc apparaît dans mon Outlook. Quelques lignes me sont adressées :

Bonsoir Anik,

Je tenais à te dire que j’ai beaucoup apprécié notre soirée de badminton… Tes jambes sont sublimes… J’aimerais vraiment te revoir. As-tu des disponibilités cette semaine ?

Marc

xxx

Je ne sais pas si c’est une déformation professionnelle ou parce que j’aime écrire, mais il me semble que rédiger trois phrases, ça prend habituellement moins de trois jours, non ? Bon, Marc semble vouloir miser sur la carte de l’indépendance. Ça se joue à deux et je suis très compétitive. Je décide donc de lui répondre… dans deux jours.

Pour l’instant, FX m’attend chez lui, où nous nous sommes donné rendez-vous avant le spectacle. Je regarde l’horaire d’autobus, car je prends les transports en commun. Je déteste garer mon véhicule en ville. Qui sait, je pourrais y rencontrer un homme riche, mais à la conscience écologique avec qui partager le reste de ma vie ou quelques-unes de mes nuits… Perdue dans mes pensées grâce aux vibrations du bus, je suis loin de me douter que la soirée va me réserver quelques surprises que je suis loin d’avoir prévues.

La suite… mardi ou mercredi ! 😉

 
 

Étiquettes : , , , , , ,