RSS

Archives de Catégorie: Épisode 10

Sugar daddy : la conclusion…

Ça ne donne pas le goût… 😉

 Suite et fin de l’épisode du Sugar Daddy (partie 1, partie 2, partie 3)

Au resto avec mon potentiel Sugar Daddy, nous continuons la discussion et je m’informe au sujet de son boulot de travailleur autonome.

–  Ça roule, tes affaires? Tu es dans quel domaine, déjà? (Un domaine qui fait de l’argent, j’ose espérer!)

–  Je suis courtier en imprimerie. Les entrées d’argent sont variables. (Tu devrais t’imprimer des billets verts, mon homme! En attendant, j’ôte 10 points de ton portefeuille. Total : 32.) Comme je n’ai pas tant de contrats, ça me donne du temps pour aller au gym. Tu sais, jeune fille (non, mais il se prend pour qui, mon père?), avec l’âge, on constate que la qualité de vie est plus importante que l’argent. (Euh… tu dis ça parce que tu n’en as pas beaucoup, mon vieux! Quant à moi, un 1000 $ de qualité de vie dans le Sud, c’est toujours apprécié!)

–  Tu travailles de la maison? (Tu es mieux d’en avoir une!)

–  En fait, je travaille de mon trois et demi… Avec l’âge, on constate qu’une grande maison, c’est beaucoup d’entretien et je n’avais pas envie de perdre mon précieux temps (surtout qu’il ne t’en reste peut-être pas beaucoup, n’est-ce pas pépère?) à faire du ménage et du jardinage. (Dis-le donc clairement : « Je suis paresseux et je ne me ramasse pas! » – 8 points… restent 24.) Excuse-moi, je vais passer aux petits coins… (Il est vrai que la capacité à se retenir diminue au même rythme que la détérioration prostatique s’accentue.)

Guy revient quelques minutes plus tard (la vieillesse ralentit la démarche). Alors qu’il reprend place à table, j’ai un bref instant une vision très claire de son profil… Est-ce que je rêve, ou il semble avoir un pneu autour de la taille? Impossible, ses photos de compétition laissaient tellement entrevoir une superbe silhouette… Je lui demande, le plus innocemment possible, feignant un intérêt sincère pour son hobby.

–  Dis-moi, ta dernière compétition de body building, ça date de quand? Tu sais, la photo que tu m’as envoyée? 

– Ah, ça remonte à il y a un an, cette compétition. (Un an! La madame est consternée! C’est vrai qu’au prorata de sa vie, ça représente tout de même un faible pourcentage.) J’ai repris un peu (un peu???) de poids depuis. Avec l’âge, mon corps ne réagit plus très bien à mon régime. (Un régime? Je comprends le pourquoi de la salade qu’il a commandée pendant que je mangeais des côtes levées. Je suis soulagée que ce ne soit pas la faute de son dentier trop usé… – 5 points… Plus que 19 points, mon ancêtre, fais quelque chose, ça sent le « na-na-na-he-he-he-good-bye». J’oubliais, -10 points pour la silhouette, restent 9 points.)

Une chance que mon repas s’avère succulent, parce que j’avoue que Guy n’a pas les qualifications requises pour devenir mon sugar daddy en règle… À quoi bon accepter les cheveux clairsemés et le tour de taille qui s’élargit si le monsieur n’a ni argent ni possessions? Je suis tentée de répondre : «à devenir bénéficiaire de son assurance-vie», mais je parie qu’elle ne doit pas s’élever à grand-chose.

Je revois mentalement ma liste de critères pour le choix de mes futurs prétendants : plus jeune, plus énergique, plus riche et je veux des cheveux!

Le souper se termine enfin, au fil d’une conversation intéressante à laquelle je n’ai guère porté attention, étant clairement trop traumatisée de notre différence d’âge apparente. Au moment de payer, je m’attends tout de même à ce que Guy m’invite…

–  Laisse, je t’invite…

Il cherche son argent avec une lenteur digne de son âge vénérable. Son visage se plisse sous l’effet de cette intensive quête.

–  Euh… Je suis vraiment désolé, je n’ai pas mon portefeuille. Avec l’âge (et ton Alzheimer en devenir?), on en oublie parfois certaines choses (oui, comme la générosité, peut-être?). Je te rembourserai ma part à notre prochaine rencontre… (Yeah, right! Dans tes rêves!)

Je me retrouve prise à payer pour nous deux… – 20 points… Total de la soirée : -11!

*

J’ai décidé que l’Alzheimer pouvait être pratique pour moi aussi… et j’ai donc oublié de répondre à Guy lorsqu’il m’a envoyé un courriel le lendemain, pour m’indiquer qu’il aimerait beaucoup me revoir et me rembourser sa dette. Malgré son âge avancé, je ne sais même pas si j’oserais le présenter à Rita, la tante de Marie, tellement il n’est pas à la hauteur!  On peut dire qu’ « avec l’âge », je constate que j’aime mieux perdre un peu d’argent que de perdre mon temps avec un sugar daddy sans le sou…  Ai-je bien fait selon vous ?

Quand les hommes voient la quantité de cheveux qui leur reste,

les femmes ne voient que ceux qu’ils ont perdus…

 Anonyme (Evene.fr)  

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 18 août 2011 dans Épisode 10, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , , ,

Chute de pointage… et de bien des choses…

Une veille bagnole dont le silencieux n’a de silencieux que le nom pénètre dans le stationnement à 18h03. Comme je n’ai rien d’autre à faire que de penser à mes vieux (décidément, c’est le thème de la soirée) péchés, je jette un coup d’œil par la fenêtre du lobby au véhicule qui semble arriver tout droit d’un cimetière automobile, me disant que j’aurais franchement honte de me promener là-dedans. Et Dieu sait pourtant qu’avec ma Dodge Caravan remplie de jouets d’enfants, de miettes de nourriture et d’une collection de roches appartenant à mes fils, je suis loin d’être une fan d’automobile à l’allure luxueuse.

Un grand homme sort du véhicule… À vue de nez, il ressemble à Guy, mais je dois me tromper… Plus il approche, toutefois, et plus j’en viens à l’évidence : l’homme est bel et bien mon rendez-vous de la soirée et, en plus d’être sûrement presbyte, il doit aussi déjà être dur de la feuille pour endurer un si terrible vacarme automobile  (ou le bruit de la « machine », pour les gens du troisième âge). Moins six points pour les oreilles (et ce n’est pas à cause des poils qui ne manqueront pas bientôt d’en sortir)… 69 points… (Ce pointage n’a rien d’excitant, croyez-moi!). Moins 10 points pour le véhicule. 59 points. Il est 18h04… Si la tendance se maintient, je ne voterai pas «oui» au référendum sur l’épineuse question de la différence d’âge dans le couple. C’est fou comme ma rapidité légendaire s’applique même dans les jugements que je porte dès les premiers instants d’une rencontre avec un célibataire.

–  Bonjour, me dit-il avec assurance. (Ça me fait penser qu’une assurance-vie ne serait d’ailleurs pas un luxe, à son âge) Anik?

– Guy?

–  Oui, enchanté, dit-il en me faisant un baisemain. (Décidément, on se croirait à une autre époque, mais d’où il sort, celui-là? Je retire ma main prestement, gênée de cette démonstration que je considère trop démonstrative, justement.  Je retranche 3 points… 56 au total.) Tu es très en beauté. (Ah, la vaniteuse en moi lui ajoute 2 points… 58. Si simple, mais pourtant si efficace!) J’espère que je ne t’ai pas fait attendre trop longtemps? Avec l’âge, on ne voit parfois plus le temps passer.

–  Euh, quelques minutes… Je suis TRÈS ponctuelle. (Et comme dirait mon grand-père « vrai comme chu là »). On procède? (Allez hop, on n’a pas toute la vie devant nous, surtout dans ton cas!)

–  Oui madame, après vous. (Ah, le vieux pervers, il veut me reluquer de derrière. – 4points. Plus que 54 au total.)

Nous pénétrons dans le restaurant, puis je laisse le soin à Guy de s’adresser à l’hôtesse. Il converse avec élégance avec la jeune dame (+ 3 points pour sa belle « parlure »… 57). Elle nous indique de la suivre et je me dirige derrière le petit groupe… HORREUR! Je constate avec effroi que, si la chevelure de Guy semble correcte de face, il commence à avoir un petit casque de curé derrière… Les points chutent dramatiquement, tel le Dow Jones par une journée de dépression économique… Quinze points sont retranchés, et c’est parce que je ne suis pas trop sévère… (Ça donne des rides, la sévérité, et comme je veux me garder jeune…) Quarante-deux points : voilà tout ce qui lui reste de son pécule… Il vaut mieux pour lui qu’il soit très séduisant dans ses propos, mais surtout très riche, parce que pour le moment, son avenir est aussi incertain que celui du Canadien de Montréal en séries. Je n’ai pas l’intention de prendre ma retraite à 60 ans pour faire vivre mon homme, moi!

Nous nous asseyons sur une banquette et entamons une conversation somme toute assez révélatrice… J’ai ma liste intérieure à cocher et telle une détective, je pose des questions qui me permettront, en fin de soirée, de poser mon verdict final : sugar daddy digne de ce nom ou pas? La suite demain…

 
9 Commentaires

Publié par le 16 août 2011 dans Épisode 10, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , , ,

En route vers mon Sugar Daddy ?

Devant ma garde-robe, une heure avant le rendez-vous, je me questionne sur les vêtements les plus appropriés à porter. Je n’ai pas les enfants cette semaine, alors je suis revenue un peu plus tard du boulot, vêtue de ma tenue la plus habituelle de travail :  jean confortable mais avantageant ma silhouette et camisole ajustée. Comme je traite avec mes pigistes virtuellement, je n’ai pas d’obligation de bien me vêtir, au grand désespoir de Marie qui dit que, ne serait-ce que pour mon collègue de travail Daniel et pour « le grand patron », qui passe parfois par nos bureaux, je devrais tenter d’être plus féminine au travail. L’été, je me permets les jupes et robes (je me demande d’ailleurs ce que Daniel en pense, il est si peu loquace). Cependant, l’hiver, le simple fait de devoir porter des bas-collants pendant huit heures me pue tellement au nez que je choisis systématiquement des pantalons. Mais bon, si jamais je change de collègue pour un jeune premier célibataire, j’aviserai…

Malgré l’hiver qui sévit, j’ai envie de me dévoiler un peu… Après tout, je peux bien endurer les bas de nylon et mettre mes grandes bottes noires avec une jupe noire ajustée. Marie dit que ça fait partie des must à avoir dans sa garde-robe, moi je ne connais rien à la mode, mon seul critère de sélection de fringues étant : « Est-ce que je me sens jolie dans ce que je porte ? ». Enfin, comme je sors avec un petit vieux probablement presbyte, je ne devrais, en théorie, pas avoir à mettre un décolleté trop révélateur, mais je vais quand même en donner pour son argent à Guy.

Son argent… J’avoue que je me demande si Guy sera un sugar daddy digne de ce nom. Parce que si je perds au change en fréquentant un homme qui paraît plus vieux, il faut bien que je gagne sur un autre plan. Étant donné notre différence d’âge marquée, je m’attends à ce que « pépé » soit bien nanti et bien installé dans la vie… Après tout, j’ai 34 ans, et c’est mon cas. J’ai un boulot bien rémunéré, j’ai fait des placements intelligents, dont le principal est l’achat de la maison et les paiements doubles sur l’hypothèque. J’éprouve une vraie jouissance financière à voir le montant de mon hypothèque diminuer, quoiqu’avec la séparation, le rachat de la maison a gâché mon rêve d’en finir d’ici cinq ans avec les paiements. Malgré cela, lorsque j’aurai 50 ans, j’imagine sans peine la belle vie que je ferai! D’ici là, je veux bien profiter des bénéfices marginaux offerts par un conjoint plus vieux, s’il demeure jeune dans ses ébats, évidemment.

Mes attentes en poche, mon unique sacoche sous le bras (Marie n’a pas réussi à me convaincre de m’en procurer des tonnes, à New York), je pars vers le restaurant. Nous avons convenu de nous attendre dans l’entrée, comme il fait froid. J’arrive trois minutes d’avance (l’incapacité d’arriver en retard est ancrée en moi comme l’incapacité de faire deux choses en même temps est ancrée chez la plupart des hommes, pardon messieurs !). Guy n’y est pas. Bon, déjà qu’avec son âge, il partait à 80 points sur 100, il en est maintenant à 75… Enfin, il peut aussi gagner des points pendant la soirée…

Se pointera-t-il finalement ou son alzeihmer potentiellement naissant l’en empêche-t-il ? La suite demain…

 
7 Commentaires

Publié par le 15 août 2011 dans Épisode 10, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , , ,

L’âge dans la relation de couple : Sugar daddy en puissance ?

J’ai déjà parlé des hommes laids ou quelconques qui fréquentent une femme superbe ? Mais qu’en est-il des femmes relativement jeunes qui fréquentent de vieux crouton, des coqs à la crête pendante (et non le contraire). Bon, vous me direz que j’y vais fort dans la comparaison… Je sais bien que plusieurs couples ont des différences d’âge importante… C’est d’ailleurs pourquoi j’ai décidé d’aborder ce sujet (parmi tant d’autres) dans mon futur roman, qui sortira au printemps 2012 aux Éditions de Mortagne…

L’histoire : deux célibataires qui se lancent un singulier défi : être la première à se trouver un chum… Le moyen : une série de rencontres pas toujours très concluantes, dont l’extrait que je vous présente cette semaine… Évidemment, comme ce blogue, l’histoire est basée sur mon vécu, mais romancée pour que les personnes concernées ne puissent pas être reconnues… Bonne lecture!

Le sugar daddy…

J’ai toujours fait beaucoup plus jeune que mon âge. Souvent, on me pense à peine sortie de l’adolescence. Mon physique, mais aussi ma voix au téléphone, font jeune. La conductrice de l’autobus de ma fille a déjà appelé à la maison et a demandé :

« Est-ce que je peux parler à ta maman ?

-Euh… C’est moi, la mère, ici!

Dah!!! Ça m’a longtemps frustré de ne pas être prise au sérieux à cause de mon apparence ou de ma voix. Aujourd’hui, la mi-trentaine et pas de bedaine, lorsque les gens me croisent, ils s’imaginent souvent que j’ai 26 ou 27 ans, souvent moins. Quand je leur annonce que j’ai trois filles, âgés de 8, 5 et 3 ans, ils ont tous sensiblement la même réaction. Ils me regardent le visage (cherchant les rides), puis la taille (cherchant l’excès pondéral), puis ils me demandent : « Mais, tu as quel âge ? » Je leur annonce fièrement mes 35 ans, et j’en rajoute en disant que quand j’en aurai 50 et qu’on m’en donnera 37 ou 38, je serai vraiment ravie! (Je n’ai pas pris de chance, tout de même : j’ai commencé les petites crèmes… Une femme avisée en vaut deux !)

Enfin bref, tout ce préambule pour dire que sur mes photos du réseau de rencontres, j’ai un look juvénile, genre Britney Spears dans son vieux vidéo « Oups! I Did it Again », mais avec une lueur d’intelligence en prime, un brin de sagesse et le nombril caché. Pas de cheveux blancs, la taille fine, le sourire enjoué, je fais un peu gamine. Et la mioche en question a un faible pour les hommes à l’allure de jeunes débutants ou presque : ne m’arrivez pas avec un sosie de Justin Bieber, tout de même, et prière de présenter une pilosité faciale comprenant plus que 10 poils à raser (quoique…). Par ailleurs, ces deux autres critères apparaissent essentiels pour ne pas avoir l’air vieux :

1) les cheveux blancs sont absents ou ne sont pas en majorité dans la chevelure

2) la taille est demeurée très raisonnable (ne me sortez pas l’excuse de l’âge pour avoir pris du poids, ça ne passe pas avec moi!).

Je pensais qu’étant donné mon apparence, les hommes « murs » éviteraient de me contacter… Au contraire, j’ai vite constaté qu’il en existe tout un lot atteignant le demi-siècle vécu qui considère mériter une jeune poulette.

Enfin, considérant que :

1)    j’en suis à mes relatifs débuts sur le réseau et qu’apparemment, même les hommes de 40 ans peuvent avoir des problèmes érectiles ;

2)    je n’ai toujours pas affiné mes critères (quoique pour la lenteur de corps et d’esprit, ça, c’est un aspect qui s’est drôlement imposé);

3)    j’ai un pari à gagner d’ici trois semaines;

je me considérerais vraiment superficielle (et pas très futée) de refuser un vieux coq simplement parce qu’il est né avant que le premier homme ait posé un pied sur la Lune. J’accepte donc d’entamer une correspondance avec Guy, l’un de mes prétendants du réseau. Ce qu’il ne sait pas, c’est que je commence aussi à stresser un peu, alors disons que ça aide à mettre de l’eau dans mon vin (tant que son dentier n’est pas dans mon verre).

Vais-je boire à la coupe ? La suite demain…

 
4 Commentaires

Publié par le 14 août 2011 dans Épisode 10, Rencontres, roman, Séduction

 

Étiquettes : , , , , ,