RSS

Archives de Catégorie: Épisode 7

Comprendre les signes du destin – Ou les joies de la synchronicité

Quand on demande au destin de nous faire signe, il faut savoir l'écouter...

Le lendemain du dernier courriel reçu par Marc, je n’ai toujours par décidé quoi faire avec Marc. Alors que je travaille à l’ordinateur en plein air, mon ordi surchauffe… et meurt d’un coup de chaleur… Mes fichiers sont récupérés à partir d’un récent back-up, mais pas mes courriels (Marc ne figure pas dans mes contacts). Je ne me souviens pas, par cœur, de son adresse civique ni de son courriel, encore moins de son numéro de téléphone, qui était noté à même mes courriels Outlook.

Je pourrais toujours me rendre sur sa rue et chercher, parmi les dizaines de condos semblables, lequel est le sien en hurlant son nom ou faisant un folle de moi parmi ses voisins… Mais c’est trop de trouble et de toute manière, le signe est clair… Marc ne doit pas être rejoint! Je ne vais pas poursuivre…

RIP Marc… 2011-2011 Court, bref, pas très intense… Qui sera le prochain ?

En attendant, je constate que je ne suis pas la seule pathétique de cette planète… FX m’envoie un courriel que je prends sur mon nouvel ordi (comme je suis pigiste, je ne reste pas plus d’une journée sans outil de travail, alors j’allonge la monnaie (arghh!) et me rachète un autre ordinateur illico).

FX me laissant entendre que sa nouvelle copine est  très bien à la verticale, mais que pour la stimulation intellectuelle, on repassera… Blasé, il me dit que de toute manière, il est convaincu qu’on ne peut pas tout avoir dans le couple : la complicité sexuelle et intellectuelle… Je ne suis pas d’accord… Traitez-moi d’utopique, mais je crois qu’il est possible de trouver quelqu’un qu’on admire à plusieurs niveaux… D’accord, c’est potentiellement plus difficile, mais faisable (et nécessaire!), vous ne croyez pas ?

Je garde espoir… Après tout, il paraît que l’espoir n’a jamais tué personne ! 😉

Crédit photo : © KevinHutchins314

 
3 Commentaires

Publié par le 21 juin 2011 dans Épisode 7, Rencontres, Vie de couple

 

Étiquettes : , , , , , ,

Intérêt réel ou mitigé ?

L'amour se traduit-il par de nombreux écrits échangés ?

Après le souper avec Marc, l’homme à la virilité indéfinissable, je me suis dit qu’il faillait que j’agisse pour être en mesure de me brancher sur son sort. Certes, il avait de grandes qualités (sportif, intelligent, d’apparence agréable, très (TROP?) propre), mais certaines caractéristiques qui me laissaient plus froide, comme son côté TROP émotif, son apparent régime minceur et sa lenteur à répondre aux courriels, élément que j’interprétais comme un intérêt mitigé à mon égard…

Et, je ne sais trop ce que vous en pensez, j’ai toujours cru qu’il valait mieux, à défaut d’équité, être avec quelqu’un qui nous aime plus que nous que quelqu’un qui nous aime moins qu’on peut l’aimer.

Alors, je prends le taureau par les cornes pour vérifier son intérêt. Je lui écris DÈS mon arrivée à la maison, après notre souper-sushis, pour lui signifier que j’ai passé un très agréable moment en sa compagnie et que son condo est charmant.

J’attends. Un jour. Normal. Deux jours. À la limite de l’acceptable. Trois jours. Vachement long.

Arrive enfin sa réponse :

« Chère Anik,

Ce fut également un grand plaisir pour moi. J’aimerais beaucoup te revoir. As-tu envie de faire quelque chose dans les prochains jours? »

C’en est trop. Je n’ai pas envie d’une relation fusionnelle, mais trois lignes de courriel en trois jours, cela m’apparaît trop peu. J’ai besoin d’un homme qui chasse davantage, qui veuille me séduire autrement qu’en m’offrant des sushis…

Je lui réponds :

« Cher Marc,

Écoute, je préfère qu’on en reste là. Apparemment, ton intérêt à mon égard n’est pas suffisant. Tes réponses tardent à venir et je recherche quelqu’un d’un peu plus présent.

Ce fut un plaisir de te croiser.

Bonne chance dans tes démarches!

Anik »

Bizarrement, le jour même, je reçois une réponse de sa part. C’est étonnant comment les hommes, quand ils peuvent perdre une femme, sont soudainement très entreprenants.

« Anik,

Quel dommage ! Les joueuses de badminton jolies et intelligentes se font très rares. En plus, tu embrasses divinement… Tu sais, nous sommes deux personnes indépendantes et occupées, toi et moi, alors je vois moins l’intérêt de s’écrire souvent. Es-tu certaine que tu veux vraiment qu’on arrête ça là ?

Marc »

Bon, ça y est. Il me fait douter. Se peut-il qu’en début de relation, on puisse avoir un réel intérêt pour l’autre sans pour autant lui donner signe de vie régulièrement ? Mes débuts de relation passés ont été plus intenses, quoique cela ne m’ait jamais empêchée de m’occuper normalement des autres sphères de ma vie. J’ai cette conception peut-être fausse que lorsqu’on entame une relation, on devrait avoir ENVIE d’être en contact avec l’autre… Suis-je la seule à avoir cette conception des débuts ?

Je demeure tout de même consciente que les hommes sont différents, surtout quand ils redeviennent célibataires après une longue relation et qu’ils ont des enfants en garde partagée par-dessus le marché…

Enfin, alors que ma raison me dicte qu’il est possible que Marc soit réellement intéressé et simplement indépendant de nature, mon instinct clame haut et fort que j’ai besoin de plus d’attention. Je veux savoir si je dois répondre à Marc ou non, alors je demande un signe du destin à la vie… Je n’aurais jamais dû… Ça va me coûter cher !

La suite demain…

Crédit photo : © Camdiluv ♥ AmmyLynn

 

Étiquettes : , , , , , ,

Quand c’est trop propre… ça sent mauvais !

Je pense que je viens de rencontre Monsieur Net... mais avec plus de de cheveux!

Mon charmant feu sauvage et moi avons décidé de préserver ma patience. Considérant le temps requis à Mars pour répondre entre deux rencontres, je suis aussi bien de le voir tout de suite, sinon il risque de neiger avant un prochain échange (quoique vous me direz qu’il peut neiger n’importe quand au Québec, et je vous donnerais raison).

Je prends toutefois l’initiative de l’avertir de mon « état » par téléphone, histoire qu’il ne soit pas trop surpris à mon arrivée.

–  Écoute, Marc, je dois t’avouer quelque chose de gênant.

–  Quoi, tu as voté libéral à la dernière élection provinciale ?

–   Hi ! hi! Non… C’est pire que ça!

–   Pire? Tu as un faible pour les hommes au dos tellement velu que ça sort du chandail ? Non, laisse-moi deviner! Tu termines bientôt ton opération de changement de sexe et en réalité, tu es un homme ?

–   Non ! C’est que vois-tu, j’ai un feu sauvage. J’ai beaucoup travaillé dernièrement et la fatigue a quelquefois cette conséquence sur moi (Je prends la peine de préciser, au cas où il serait tenté de penser que j’ai la maladie du baiser à force d’avoir trop embrassé).

–   Ne t’inquiète pas pour ça. Ça m’arrive souvent  à moi aussi ! (Ah? bien j’avoue que ce n’est pas tentant… Je sais, je ne suis pas placée pour parler).

Enfin, il semblerait qu’on sera parfois deux à être terriblement sexy… 😉

Sertie de ma magnifique décoration buccale, je me présente donc chez Marc, en ce mercredi soir clément. Il habite un condo dans ma ville de banlieue, mais dans un quartier qui n’est pas le mien. Il me répond avec son charmant sourire.

Dès que je jette un coup d’œil sur son logis, je constate avec étonnement l’épuration des lieux. Les murs du grand salon et de la cuisine et salle à manger attenantes sont tout blancs. La décoration et les meubles sont minimalistes mais de bon goût, raffinés. Je sais, ça fait cliché, mais je me demande comment un homme peut avoir décoré ainsi. Un homosexuel, peut-être… À la constatation de cette idée, je me rappelle que Marc m’avait avoué avoir déjà pleuré devant certains films, dont Les Pages de notre amour. Bon, il exprime ses émotions et sait décorer… Est-ce que ça en fait moins un homme pour autant ?

Je suis estomaquée devant la propreté des lieux, et surtout la chambre de ses enfants exemptes de toute traînerie et je n’y vois aucune trace de jouets. A-t-il vraiment des enfants ? Si oui, comment arrive-t-il  à conserver des chambres si propres ? Je n’ose pas lui poser la question… ni ouvrir la porte du garde-robe. Qui sait, peut-être est-il plein à craquer!

Après ce bref tour du propriétaire, Marc m’offre un verre de vin, puis nous nous asseyons pour jaser un peu au salon. La conversation est fort agréable…

–   Je suis curieuse, qu’as-tu prévu en guise de repas ?

–   Des sushis. Tu aimes, j’espère ?

–   Bien sûr…

Bon, je ne le verrai pas cuisiner, mais il a bon goût. L’assortiment qu’il a commandé est prometteur. Nous nous installons, puis je déguste tranquillement mes bouchées japonaises, alors qu’Il progresse à pas de tortue dans son assiette…

–  Si tu en veux d’autres, tu peux te servir dans les miens, j’en ai trop.

–  Tu n’aimes pas ça ?

–  J’aime, mais je n’ai pas très faim.

Bon, alors tu ne me le diras pas deux fois. J’adore manger! Je prends le risque de passer pour une cochonne (dans un autre sens, cela lui plairait peut-être, hi! hi!), et je pique quelques morceaux dans son assiette. Alors que les saveurs éclatent dans ma bouche, je suis encore un peu perplexe. Il me semble qu’un vrai mâle a davantage d’appétit. Surveille-t-il sa ligne ? Ce serait vraiment particulier. Je ne sais pas pourquoi, mais un gars qui fait un régime, ça ne me séduit pas du tout. Et ça s’explique :

1)  Par le fait que s’il suit un régime parce qu’il est trop gros, bien aucune attirance physique ne peut naître.

2)  Parce que s’il suit un régime et qu’il est mince ou proportionné, bien ne me demandez pas pourquoi, mais je trouve ça peu viril. Trop typiquement féminin comme comportement.

Bon, il pleure en écoutant des films, sa maison est épurée, propre et bien décorée, il mange peu… Mon petit doigt me dit que j’aurais besoin d’un homme plus homme que ça… D’un autre côté, il est agréable à l’œil, me gâte avec des sushis, sportif et intelligent… À quel point la virilité fait-elle partie de mes critères absolus ? C’est à voir… samedi !

Et vous, vous l’aimez viril à quel point, votre mec ? Et chers lecteurs masculins, sur quoi vous basez-vous pour vous sentir viril à souhait ?

 
15 Commentaires

Publié par le 16 juin 2011 dans Épisode 7, Comprendre les hommes, Rencontres

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Comment gâcher un potentiel rendez-vous ?

Marc va-t-il réussir à m'allumer comme il le faut ?

Après ma sortie avec FX et Alex, j’ai constaté que mon attirance envers FX demeurait mitigée, quoique sur une pente montante. Je n’ai toutefois pas osé lui faire des avances, l’image idéalisée de Tu-sais-qui (que j’appellerai TSQ à l’avenir, histoire de me faciliter la frappe sur le clavier) revenant me hanter et me hurler tue-tête : l’attirance physique devrait être instantanée, facile…

Enfin, en attendant, je n’ai pas fermé le dossier de Marc. Amusant, intelligent, d’apparence physique agréable, j’avoue que la chimie passe assez bien avec lui. Ce ne sont pas les feux d’artifice du concours international de la Ronde, mais de petits pétards qui font tout de même effet.

Du moins, c’est ce que je pensais après ma première rencontre, mais l’attente de trois jours pour avoir de ses nouvelles suite à notre sortie sportive a fait en sorte de mouiller le pétard en question… Cette petite douche d’eau froide me laisse croire que l’intérêt de Marc est mitigé, quoiqu’il m’affirmait le contraire dans son courriel, me proposant un nouveau rendez-vous. Histoire de vérifier ce qu’il en est, j’ai répondu deux jours plus tard que j’étais ouverte aux propositions.

Il m’invite ainsi à souper chez lui. Ah! Un homme qui cuisine, pourquoi pas ? Ça me changera de ma grosse semaine de travail. Malgré le fait que je n’ai pas mes enfants cette semaine, je suis plutôt crevée.

Le matin du rendez-vous, je constate d’ailleurs à quel point je suis crevée.

  1. Parce que j’ai des cernes en dessous des yeux ?
  2. Parce que j’ai passé tout droit après avoir pesé quatre fois sur le snooze de mon réveil ?
  3. Parce que j’ai des plaies d’oreiller étampées dans le visage ?

Toutes ses réponses sont bonnes, mais la principale constatation s’avère beaucoup plus horrible… Beaucoup plus terrible…

En me regardant dans le miroir, je constate que ma beauté matinale est gâchée par un feu sauvage, dans toute sa splendeur, qui orne ma lèvre supérieure… Déjà pulpeuses, mes lèvres ont maintenant une proportion gigantesque… On jurerait que j’ai eu une petite intervention chirurgicale. Dieu sait que c’est autre chose que je ferais grossir si je voulais.

Dilemme… Dois-je remettre mon rendez-vous avec Marc ou me présenter quand même ? Avec du rouge à lèvres, ça peut toujours passer, mais il est hors de question d’échanges buccaux dans ce cas. Or, si je ne soupe pas avec lui, je ne pourrai le voir avant 9 jours, puisque je reprends mes enfants dans 2 jours, pour une semaine. Ma patience devra endurer un dossier non réglé pendant une éternité.  Mais je ne suis vraiment pas à mon avantage ainsi. Alors, que devrais-je préserver : ma patience, ou mon orgueil ?

La suite jeudi…

Crédit photo : © pguisard

 
1 commentaire

Publié par le 14 juin 2011 dans Épisode 7, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , , ,