RSS

Cœur brisé… Vraiment ? – Ou le syndrome de l’enfant qui pleure

02 Août

Coeur en miette ?

Avez-vous des enfants ? Si oui, les avez-vous déjà vus, sans qu’ils vous remarquent,  se faire mal ? L’enfant frotte son bobo, ne bronche pas… Puis, soudainement, il vous voit… Et là, ça y est ! Les pleurs coulent à flot…  « Maman, j’ai mal ! »

Avez-vous cette impression que notre mal avoir fait plus mal quand il est reconnu ? Que dans le fond, faire pitié ou jouer la victime est une stratégie gagnante ?

Je fais une formation en hypnose présentement, et hier, on abordait les différentes problématiques qui peuvent amener à consulter. Et parmi celles-ci, il y avait les gens qui utilisent le mal pour s’autosaboter ou pour garder du contrôle sur les autres. Exemple typique dans le domaine amoureux : la personne dont le partenaire vient de la laisser et qui lui dit, en tentant de le culpabiliser, qu’elle a mal par sa faute… Et qui pleure et pleure et pleure devant l’autre, parce que sinon, ça serait prouver au monde que dans le fond, le problème n’est pas si grave que ça… Mais quand l’ex-amoureux a le dos tourné, la personne semble tout à fait correcte ?

Dépassé le choc normal de la rupture, pleure-t-on une peine d’amour par principe ? Parce que sinon, ce serait comme dire que l’histoire n’a pas compté ? Mais dans le fond, lorsqu’on n’a pas de contrôle sur l’issue de la relation, ne vaut-il pas mieux passer à autre chose et avancer sans regarder en arrière ? Je suis bien d’accord que les larmes font du bien, mais se complaire longuement dans la souffrance d’une rupture, n’est-ce pas juste une façon d’obtenir de l’attention ???

Je vais dire comme mon prof d’hypnose : quand on ne peut rien faire, vaut mieux lâcher-prise et se dire « C’est comme ça », en boucle dans sa tête… Parce qu’il est vrai que dans la vie, souvent « c’est comme ça » et il n’y a rien à faire, sauf continuer d’avancer.

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 2 août 2011 dans amour, Vie de couple

 

4 réponses à “Cœur brisé… Vraiment ? – Ou le syndrome de l’enfant qui pleure

  1. Stéphanie

    2 août 2011 at 07:46

    Je ne crois pas que ce soit aussi simple. Personnellement, la période de deuil est généralement longue. Ce qui ne veut pas dire que je passe mon temps à pleurer ou à être triste. Non, j’ai besoin de temps pour laisser guérir la blessure, pour me remettre en question, faire la paix avec tout ça. Les gens qui passent dans ma vie, qu’ils soient amis, famille ou amoureux, laissent une trace et il est normal pour moi d’avoir besoin du temps pour cicatriser, et aussi pour apprendre à vivre sans.
    Une rupture, c’est comme un deuil et je crois que ça peut, parfois, être aussi difficile. L’attente, l’espoir d’un retour, que tout s’arrange, peuvent retarder le deuil.
    Je suis comme ça, d’autres sont différents. À mon avis, il faut éviter de mettre dans des boites et d’étiquetter certains comportements. Chacun vit et traite les événements à sa façon, l’important, c’est que ça convienne à cette personne, non?

     
  2. Lud.

    2 août 2011 at 08:28

    J’aimerais vraiment en savoir davantage sur ce cours d’hypnose. Qu’apprenez-vous? Est-ce à la fois pratique et théorique? Vous faites ça par loisir?

     
  3. Anik

    2 août 2011 at 20:44

    @ Stéphanie
    Je sais, rien n’est jamais vraiment simple dans la vie, et la recette pour bien vivre son deuil diffère d’une personne à l’autre… L’important, comme tu dis, c’est que ça convienne à chacun.

    @ Lud
    Oui, à la fois théorique, mais surtout très pratique. On apprend à intervenir avec les autres pour régler des problèmes. En fait, l’hypnose est un type de thérapie rapide centrée sur la résolution de problème et non sur le fait de chercher pourquoi on est comme ça… Pour l’instant, c’est du loisir, mais j’aimerais le pratiquer sur une base professionnelle.. Je fais mon stage bientôt. Personnellemment, je trouve que c’est le meilleur (et le plus efficace) type de thérapie qui existe. Et ne serait-ce que pour l’effet bénéfique au plan de la relaxation et du fait de vivre le moment présnte, ça vaut de l’or. Même mes filles adorent.

     
  4. Maryse

    4 août 2011 at 10:28

    Je suis d’accord avec toi qu’il faut lâcher prise quand c’est comme ça et qu’on n’y peut rien changer.
    Par contre c’est sûr que dans certains cas c’est plus facile à dire qu’à faire.
    Faut parfois travailler à accepter notre destin.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :