RSS

Épicurien… jusqu’à éviter la satisfaction des désirs ?

06 Juil

Profitez-vous de tous les plaisirs ou gardez-vous parfois une barrière pour ne pas les satisfaire pleinement ?

On m’a qualifiée d’épicurienne cette semaine… Il est vrai que le plaisir est une valeur importante dans ma vie… Je la situerais dans mon top 3, je crois… Avec l’amour et la liberté…

Le plaisir… Bien manger, rire en bonne compagnie, profiter d’une température magnifique pour faire du sport, écrire, dévorer un excellent livre, se sentir appréciée, avoir le sentiment du travail bien fait, avoir une sexualité débridante… La liste des plaisirs est longue et pourrait continuer encore et encore…

Mais si ces plaisirs deviennent trop accessibles ou fréquents, seront-ils moins plaisants ? J’aime toujours manger des côtes levées (une chance, parce qu’avec François, ce plaisir était nécessaire), mais si j’en mangeais tous les jours, je suppose qu’elle perdrait de leur saveur…

Épicure en personne s’interrogeait à ce propos :

À propos de chaque désir, il faut se poser cette question : quel avantage en résultera-t-il si je ne le satisfais pas ?

Épicure

Quand il est question d’une relation, est-ce, paradoxalement, d’être épicurien que de se passer de l’autre par moment, histoire de conserver le désir à un niveau stimulant, pour que le plaisir soit plus intense ? L’inconvénient de se passer de l’autre un peu, à court terme, ne vaut-il pas l’avantage d’augmenter le plaisir sensuel des retrouvailles ?

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 6 juillet 2011 dans Pensée, Séduction, Sexualité

 

Étiquettes : , , , , , ,

4 réponses à “Épicurien… jusqu’à éviter la satisfaction des désirs ?

  1. Lagirly

    6 juillet 2011 at 07:20

    Se passer de l’autre par moment… ne se passons-nous pas de l’autre suffisamment durant une journée ? Par le travail, les soins aux enfants et les tâches domestiques, je pense que je me passe suffisamment de mon amoureux durant une journée. Un bonjour au réveil puis on ne se revoit qu’en fin de soirée. Avec le calcul, je passe un maigre 8% de ma journée avec mon homme (je ne calcul pas lorsqu’il dort). Je suis ainsi toujours heureuse de la retrouver pour combler mon besoin d’affection.

     
    • Anik

      6 juillet 2011 at 07:30

      Mais je te pose la question : « Qu’est-ce qui arriverais si tu ne le voyais pas pendant, mettons, deux jours, de temps à autres ? »
      Résultat positif ou négatif en bout de compte ? (considérant l’intensité du retour versus le manque éprouvé pendant les deux jours, pour toi comme pour lui)…

       
  2. Lagirly

    6 juillet 2011 at 08:15

    Mon couple est plutôt du type : loin des yeux, loins du coeur… Plus on est ensemble plus on est heureux de l’être, plus les rapprochements sont intenses, plus la flamme est grande… l’éloignement nous rend indépendant!

     
  3. Evely

    6 juillet 2011 at 19:12

    Je te donne la réplique d’une sexologue face à la masturbation et la baise.  » tu peux offrir du filet mignon à ton chum à tous les soirs et avec plein d’accompagnement, c’est qu’en même normal qu’à l’occasion il a juste le goût d’un hot dog. Puis quand il mange son hot dog, il se souvient à quel point le filet mignon est meilleur…  »

    J’ai changer de poste après, mais je pense que trop c’est comme pas assez, puis au nombre de plaisir, l’alternance fait qu’on ne se tanne pas. Faut juste avoir de l’imagination et de l’humour

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :