RSS

Comment mettre fin à son célibat… vraiment pas vite!

07 Avr

L'amour sera-t-il au rendez-vous ? (S'il paye la note, peut-être!)

Il est 20h30 tapantes. Je pénètre dans le Starbucks, à la recherche d’un beau gars. Pas de beau gars à l’horizon. Je me commande un frappucino que je me paie moi-même… Décidément, ça commence mal… Quoi que, quand j’ai un café glacé orné de crème fouettée devant moi, je suis toujours heureuse (jusqu’à ce que je me remémore le nombre de calories là-dedans, merde!).

20h35… Bordel, qu’est-ce qu’il fout ?

20h40… Dans 5 minutes, je lève les pattes.

20h43. Le beau gars en question entre dans le restaurant. Fait surprenant, il arrive à m’identifier, même si je ne porte pas de fleurs à la boutonnière ou autre signe distinctif et quétaine du genre. Il se dirige vers moi au même rythme que ses prises de décisions.  L’installation d’une borne de ravitaillement sera-t-elle nécessaire?  Un petit jogging?   Au moins une amplitude de foulée m’apparaîtrait flatteuse.

–  Euh, excuse-moi, je me suis perdu. J’ai appelé chez toi à 20h30 pour te dire que j’étais en retard.

La confirmation flagrante qu’il n’est vraiment pas vite me surprend encore… Si je te dis que je suis ponctuelle, mon homme, ça veut forcément dire qu’à l’heure du rendez-vous : JE NE SUIS PAS CHEZ MOI!!! Enfin. Passons. Pas-vite (c’est vrai, il a un prénom, mais j’opte pour ce sobriquet qui lui va tellement bien) va se chercher un breuvage et vient s’asseoir à la même vitesse.

Comme l’être humain, et moi en particulier, est un être d’espoir, je m’attends à ce qu’il me pose des questions. Silence radio. On dirait bien que Germaine ici présente va devoir mener la conversation ou perdre son temps à admirer Pas-vite (qui est vraiment beau, je dois dire), pendant que les calories de mon frappucino s’éliminent à la sueur de mon impatience. Bon, il semblerait que je doive me résigner à ouvrir ma belle petite bouche aux lèvres pulpeuses (il ne faut jamais rater une occasion de se complimenter soi-même. C’est bon pour l’estime, et ça fait en sorte qu’on dégage une meilleure image lors des rencontres. Astuce gratuite, profitez-en!).

–  Tu disais sur ta fiche que tu avais une fille. Elle a quel âge ?

–  Euh… (deux secondes s’écoulent, quel progrès!) 5 ans.

–  (Bon, il faut que je pose des questions à développement, ça a l’air!) Et ça va bien la garde (oups, il faut que je change la formulation, il va me dire juste « oui »), je veux dire, comment trouves-tu ça ?

–  Ben (trois secondes… voire quatre!), actuellement… (deux autres secondes… il va me rendre folle!), je reste chez mes parents (LOOSER!!!), et j’ai la garde la majorité du temps, parce que la mère de la petite est en dépression (causée par un excès d’attentes lassantes) et elle n’est pas capable de s’en occuper…

–  Ah, dommage. Ce ne doit pas être évident pour toi.

–  Bien (trois secondes)… Mes parents m’aident beaucoup.

–  Ah. (Câline, je n’ai pas le goût de lui poser de questions. Et si j’attendais TROIS secondes, pour voir ?)

Silence de cinq secondes (j’suis faite forte!).

–  Et toi (wow, il me parle de lui-même!), tes enfants, ça va ?

–  Oui, mais justement, (lorsqu’on m’ouvre une porte…) j’ai ma plus petite qui s’est mise à faire de la fièvre tantôt, alors je vais devoir écourter notre rendez-vous. Je dois partir dans cinq minutes.

–  Ah. C’est dommage (que d’émotions dans la voix, décidément, même ses émotions prennent aussi trois secondes à émerger!).

Silence de six secondes. Et si je m’arrêtais pour bâiller? Non, mon rapide tempérament ne peut attendre.

–  Et comme loisirs, tu fais quoi ? (Laisse-moi deviner, du vélo de course avec Grégory Charles ? ah, que je suis ironique…)

–  Euh… (trois secondes). Bien je jouais au badminton au secondaire. Là, bien je passe du temps avec mes parents. On va au restaurant des fois. On joue aux cartes.

– Ah, c’est absolument FAS-CI-NANT. Mais je vais vraiment devoir y aller. Passe une belle soirée.

Et je me sauve le plus vite que je peux… Même sans la caféine ingurgitée, je crois que j’aurais tout autant couru… Je suis allée chez mon autre amie passer le reste de la soirée. Au moins, je n’ai pas tout perdu. Heure d’arrivée du pas-vite : 20h43.  Heure de mon départ : 21h05. Heure d’arrivée chez ma copine : 21h12! Elle n’en revenait pas…

Épilogue

Le lendemain, j’ai reçu un message courriel de Pas-Vite me disant que j’étais vraiment jolie, aimable et intéressante. Rien concernant mon énergie débordante. Pfff. Il manifestait son intérêt à me revoir. J’ai répondu, poliment, après trois longues secondes de réflexion (je veux dire trois nanosecondes) : «Merci de cette gentille offre, mais je vais devoir décliner.»

Morale de cette rencontre

Si vous n’aimez pas la façon dont votre « blind-date » s’exprime au téléphone, ne vous tapez pas un rendez-vous en plus, ça ne sera pas mieux en personne !

Et n’oubliez pas : « Une «petite vite» vaut mieux que deux «tu ralentiras»… »

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le 7 avril 2011 dans Épisode 1, Célibat, Rencontres, Séduction

 

Étiquettes : , , , , ,

13 réponses à “Comment mettre fin à son célibat… vraiment pas vite!

  1. magda627

    5 mai 2011 at 08:33

    lol MERCI de me mettre de bonne humeur avec tes écrits ! Et je vais dire comme ma mère : je te l’avais dis (voir mon commentaire d’hier )…et Camille aussi lol. Mais ton billet est hilarant, je peux quasiment voir le gars dans ma tête lol Bravo !

     
    • Anik

      5 mai 2011 at 09:08

      Heureuse de t’avoir fait rire… C’est le but premier! (et le deuxième, apprendre des erreurs, comme en effet, toujours se fier à la conversation téléphonique!)
      Alors, le test téléphonique devient un must… 😉

       
  2. Karine

    5 mai 2011 at 08:45

    Wow!!! Tu me file son numéro?? Hahahah!!!

     
    • Anik

      5 mai 2011 at 09:13

      En tout cas, c’est pas le 514-888-8888 !!!
      héhé…

       
  3. Nancy

    5 mai 2011 at 09:47

    Trop fort… je ris trop. Je vais essayer de me convaincre qu’il en reste bien quelque part des gars qui ont de l’allure !! Merci de me rappelelr de bons « faits vécus » bien comiques…

     
    • Anik

      5 mai 2011 at 21:08

      Heureuse de te rappeler tes « bons coups »… héhé… Ouf, en guise de bon coup, j’ai d’autres idées plus sensuelles en tête ! 😉

       
  4. Fred

    5 mai 2011 at 10:44

    Tu vas démolir l’image des gens sur réseau contact. Je crois en ton expérience vécu mais on est pas tous des caves. En tout cas il y en a des mieux que et il y en a même des très bons ( positif, estime de moi )

    PS: C’est ce qui arrive quand un rouge rencontre un vert.
    Ca marche pas ensemble !

     
    • Anik

      5 mai 2011 at 21:09

      J’sais bien Fred, que vous êtes pas tous des caves… Une bonne fois, je raconterai notre « date », en guise d’exemple positif ! 😉

       
  5. seb haton

    6 mai 2011 at 06:53

    C’est… fascinant. 😉
    Je suis obligé de te croire car je vis depuis sept ans avec une femme qui a eu pratiqué ces rencontres et qui en a vu des gratinés !
    D’après ce que j’ai observé, les rencontres virtuelles ça marche rarement, c’est dangereux, c’est pitoyable… mais ça rend réceptif à la rencontre dans la vie physique.
    séb h.

     
    • Anik

      7 mai 2011 at 09:05

      Mais tu sais, il faut bien commencer quelque part… Je pense aussi qu’on peut rencontrer sur le réseau et que ça clique dans la vie… On verra!

       
  6. Camille

    6 mai 2011 at 22:03

    Haha!!! je l’avais prédis ou pas?? N’empêche j’ai vraiment rigolé en te lisant. Tu as le don de raconter comme si on était là. Jai hâte que tu fasses tout plein d’autres rencontres aussi savòureuses. Quoique non.. pour être passée par là, je te souhaite de rencontrer la perle rare rapidement. Faut pas juste penser à soi dans la vie 😉

     
    • Anik

      7 mai 2011 at 09:09

      Oui, Camille, dorénavant je devrai écouter ta sagesse ! Et pour la perle rare, oui c’est super de la rencontrer vite… Mais travailler sa patience, c’est un bel objectif aussi. Mais ne t’inquiète pas, j’ai déjà TOUT UN LOT de rencontres à raconter avec un peu de retard, alors tu pourras rire de moi en masse, même si l’homme de mes rêves est déjà peut-être dans les parages ! 😉 Qui sait, on dit qu’il est souvent dans notre visage sans qu’on le voit !

       
  7. seb haton

    9 mai 2011 at 08:43

    Chuis bin d’accord avec toué !
    Tous les moyens sont bons de toute façon ! Le plus important, c’est d’être réceptif. Être « beau de joie » pour attirer la joie 🙂
    séb h.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :